Je suis ?

 

Emmanuelle, la trentaine. Diplômée de psychologie clinique et en analyse personnelle depuis trop longtemps. Deux tranches dans le jargon. J’ai mangé une tranche longue de neuf années et j’étais pas gavée, j’en voulais une seconde ! Les affres de la vie font parfois bon ménage avec cette discipline, pour mon cas c’était urgent de voir un psy, c’est devenu réfléchi d’y rester.

Que fait-on avec un diplôme de psychologue en poche ? En général, psychologue, je vous le donne en mille ! Ou DRH … Vacillement de l’année de fin d’études, Emmanuelle, oui moi, je parle à la 3ème personne, ne veut pas devenir psychologue. Du moins, pas de suite, ni en institution ni en libéral. En revanche, je ne conçois pas à ce moment là de mettre de côté la psychanalyse, sa théorie, sa grille de lecture qui, à défaut de répondre aux problèmes, éclaire de ses questions.

Peut-on être psychanalyste sans recevoir de patients ? Peut-on inventer une nouvelle forme d’exercice ? C’est ce choix forcé qui s’est ouvert à moi. Un choix pas le choix, un choix du désir, un choix qui choit, une cause du désir. Mardi Noir était née.

 

img_0717

 

Mardi Noir, toujours la trentaine. Férue de tutoriels beauté sur YouTube. Recherche perpétuelle de l’Autre femme. Celle à laquelle je peine à m’identifier, celle que j’aimerais être. Du féminin dans tous les sens pour tenter d’accéder au mien. A en friser la caricature. J’ai démarré mes vidéos par envie/jalousie, voulant me faire connaître via mon image. Après cette première mise en ligne, durant laquelle je ne fais que me maquiller et parler de produits cosmétiques, je réalise que j’ai bien trop de second degré pour pouvoir faire ça sérieusement, et surtout que mon désir n’est pas à cet endroit. J’attaque alors ma série « Psychanalyse-toi la face », joyeux mélange de concepts, de féminité, d’humour parfois et d’intimité. Une auto-analyse sur YouTube, et une analyse de YouTube, en creux. Ou plutôt, une interprétation.

Méta Mardi Noir. C’est la suite logique de cette année d’expériences et de partage. Une saison deux du désir. L’élan pour partager via l’écrit. Et créer d’autres formes vidéos en lien moins direct avec la discipline analytique. Proposer une chaîne signifiante.