Le schéma L de Lacan, rien que ça !

Voici la première image de la collaboration psychanalytico-photographique entre Reve ta photo et Mardi Noir. J’ai voulu, à ma manière, et avec l’aide esthétique du studio photo, représenter le schéma L, de Lacan. Le fameux schéma des premières années de séminaire, l’intersubjectivité selon son auteur et nous allons voir que ce n’est pas une mince affaire ! Cela dit, c’est par cette entrée que je suis tombée complètement sous le charme de la pensée lacanienne ! C’est un schéma qui n’apporte pas de réponse toute faite sur notre rapport au monde mais qui soulage à bien des égards et surtout qui ouvre à d’autres questions.

 

Je me suis permis d’ajouter des points théoriques de la pensée de Lacan qui chronologiquement arriveront plus tard, mais pourquoi s’en priver ?

Commençons par le Sujet, en haut à gauche du schéma. Représenté dans les premières années sans barre, il sera ensuite toujours écrit « $ », S barré, c’est le Sujet divisé. Pourquoi parler de division subjective ?

Premièrement si on se réfère à Freud et ses différentes topiques : Inconscient-Préconscient-Conscient puis Ça-Moi-Surmoi, on se rend compte que de définir le Sujet en le rapportant à différentes instances, c’est déjà montrer qu’il n’y a pas de totalité subjective, qu’il y a conflit au sein même du Sujet, il est donc divisé : dois-je manger ce gâteau au chocolat qui me ferait tant plaisir ou continuer mon régime pré-estival pour rentrer dans ce maillot de bain Sandro couleur sirène qui me tente tant ? Dilemme cornélien, on est d’accord.

Deuxièmement, le Sujet est divisé par le registre Symbolique (la culture, le langage), appelé le grand Autre (incarné en bas à droite de la photo). Le Sujet est fondé par l’Autre (d’où la flèche qui part de l’Autre vers le Sujet) et dans le même temps cette fondation signe sa division. C’est la partie aliénée du Sujet, pourtant fondamentale  pour advenir. La culture impose sa loi au Sujet qui s’y assujetti, les grands interdits étant l’inceste et le meurtre.

Pourquoi est-il divisé par le langage ? Le Sujet est sujet du signifiant (le signifiant étant l’image acoustique d’un mot, ça résonne… et non le concept, le signifié, qui… raisonne), et ce signifiant est lui même rattaché à un autre signifiant etc. Le signifiant n’est donc pas unique.
Par exemple : pendant mon enfance on m’appelait souvent « mon chat », ce « chat » est rattaché aux souvenirs des chats de la famille et de la charge affective attenante, je m’aliène donc à ce signifiant « chat ». Ce signifiant « chat » peut me renvoyer personnellement au chat que j’ai connu dans mon enfance, mais pour ma mère qui me donne ce nom, au départ « chat » lui renvoie à encore d’autres chats, que je n’ai pas connu. Il y a donc une multitude de chaînes signifiantes qui fondent le sujet. De plus en parlant de cela, je pense au chat de mon enfance et je repense à sa couleur, noire, ses yeux jaunes, les souvenirs autour de ces couleurs. La mort de ce chat quand j’ai douze ans me renvoie à des évènements qui s’y rattachent la même année etc. « Mon chat » n’est pas juste un concept (tout le monde sait ce qu’est un chat), c’est surtout tout un rappel de signifiants, la plupart d’entre eux étant refoulés au fin fond de mon inconscient.

Enfin, comme dit très justement un jour par un prof : quand on peut nommer, notamment souvent en premier « Maman » c’est un nom qu’on donne à la perte. Quand on parle, quelque chose se perd, et on a beau parler, on ne sait pas souvent bien ce qu’on raconte, ça parle, ça s’échappe, ça rend flou 🙂
L’objet perdu à ce moment est nommé par Lacan, « objet a » cause du désir. Ici représenté par la fleur à gaude du Sujet. Ce n’est pas tant un objet qu’on cherche, on dirait plutôt que sa perte fonde le désir, la recherche, et finalement plus on le cherche moins on le trouve et on continue de désirer.

 

Le schéma d’origine

 

Passons au grand Autre, lui aussi est barré ! Même si il n’est pas représenté comme tel sur le schéma d’origine, assez vite, Lacan parlera du grand Autre barré. C’est à dire que la culture, le langage, comme le Sujet, n’est pas totale. C’est pourquoi sur la photo, j’ai voulu représenter cet être drapeau qui perd son pantalon ! 😀 Pourquoi le langage est-il également barré ?

Et, bien de fait, si le langage n’est pas total, il se construit de signifiants en signifiants, de signifiés en signifiés. Pour le signifié, qui est le mot-concept, si je veux définir chat, je dois utiliser d’autres mots-concepts : mammifère, animal, poilu (etc) qui eux-mêmes sont définis avec encore d’autres mots etc.
De plus, ce grand Autre, n’est pas le président de la république, ni Dieu, ni la science mais nous pouvons par moment attribuer à ce genre de fonction cette qualification de grand Autre, comme finalement instance qui nous assujettit et nous castre. Dans la névrose, on va chercher à s’accommoder avec cette castration, on va se poser des questions, on va parler des heures de politique ou de religion etc, s’exalter, se déprimer. Si le président fait de la merde, on va se dire qu’il est con, qu’il fait n’importe quoi, qu’il pense à ses intérêts, m’enfin c’est souvent pour qu’il puisse lui-même se sauver les fesses quand ça chauffe.
Dans la psychose, et plus spécifiquement, dans la paranoïa, ce grand Autre n’est pas barré, il est tout puissant, on lui attribue des envies, des manipulations, il est incarné comme persécuteur, car il est le TOUT, il ne lui manque rien, donc ses actions sur les sujets sont forcément pour sa jouissance personnelle purement gratuite d’un monstre sans limite. On retrouve le père de la Horde de Totem et Tabou.
Si on en revient juste à la définition du grand Autre comme Langage, nous pourrions dire que le névrosé jouit du langage, utilise les mots pour tenter de résoudre bien maladroitement souvent sa question singulière. Dans la paranoïa, le Sujet est joui par le langage, les mots utilisent le Sujet, il se sent manipulé, ce qui le pousse à trouver une réponse logique, c’est souvent le délire.

Et enfin la diagonale imaginaire moi – petit autre souvent réduite ainsi : a – a’

C’est la diagonale du miroir, de l’expérience d’un moi du Sujet, en bas à gauche, vécu comme morcelé, notamment par le langage de l’Autre (d’où la flèche qui va de l’Autre vers le moi, sur le schéma). Par exemple, au tout petit, j’attrape son pied, et lui dis, c’est ton pied. Je lui parle, l’appelle de plusieurs signifiants, il y a découpe du Sujet. Bref ce Moi, qui ne s’est encore jamais reconnu dans l’image du miroir ou dans un petit autre qui lui ressemble (par exemple à la crèche, à l’école etc), se vit morcelé, et par les signifiants et par sa propre perception de lui-même, on ne se voit jamais tout seul comme unifié. Jusqu’au jour où le Moi du Sujet se voit dans ce petit autre et s’identifie de suite à cette image. Pourquoi la flèche sur le schéma, va du petit autre au Moi ? Parce qu’encore une fois, c’est par l’image que le Moi s’unifie, cette unification est extérieure. C’est un leurre, souvent à renouveler. Voir le plaisir du selfie, de se mater dans la glace, de regarder les autres dans le train etc. Si ce leurre est barré par la diagonale symbolique, comme sur le schéma, c’est un leurre qui peut avoir ses limites. Je me regarde dans le miroir, je m’enivre de mon image, puis j’en sors, je me dis « oh bizarre, agréable, désagréable, etc ». Si je n’ai pas la possibilité de limiter cette expérience, c’est encore là que la paranoïa peut advenir. L’image me parle personnellement à Moi.

 

J’espère vous avoir apporter quelques billes pour capter ce schéma de la mort hyper complexe ! Le petit livre de Alain Vanier Lacan m’a super bien aidée pour écrire cet article, pour les courageux qui souhaitent aller plus loin, c’est un auteur que je trouve très clair et qui ne vulgarise pas trop non plus, on ne perd pas le propos de Lacan, Vanier tente surtout de le rendre accessible, et si on ne comprend pas tout c’est pas bien grave.

Aux étudiants en psycho : s’il vous plait, complétez avec d’autres sources que la mienne !

Pour ceux qui tombent ici par hasard et ne connaissent pas mes vidéos, je vous encourage à poursuivre avec :
Le narcissisme : https://youtu.be/KvmMUJuOVvk
La métaphore paternelle : https://youtu.be/yTWJOJsLTbY
L’objet a : https://youtu.be/R5WrC9DQ-k8
L’objet regard : https://youtu.be/Hgh_MmyNC5E

 

A bientôt !

3 commentaires

  1. | : ça fait une demi-heure, en gros, que je regarde fixement la petite barre clignoter — le point d’insertion du texte, qui pulse, là-pas là, re-là et re-pas là… avec plein de vide blanc autour, dans un rectangle — l’aire réservée au… commentaire. Comment taire ?
    | : clic-clic-clic…
    Sans encore trouver… comment dire : « euh, j’aime bien ce que je viens de lire, là-haut ».
    (Eh bien voilà mon gars, c’est dit — y avait vraiment pas de quoi en faire toute une histoire de clignotants !)
    Post-| : merci.
    Post-post | : http://cahiers.kingston.ac.uk/pdf/cpa2.7.supplement.pdf
    Post-post-post | : chère Mardi Noire, envisagerais-tu, un de ces jours, de dire quelque chose sur l’autisme ? Ça serait formidable.
    À bientôt.

    1. CC :)) tres bien ce post sur la schéma L :)) merci!!!

      Sinon oui que peux tu nous dire de l ‘autisme, je suis entourée de gens qui me parlent de génétique quant à son origine et de neuropsy, cela me donne le tournis, nous allons ouvrir une section « polyhandicap » à mon travail, mais moi ma formation c ‘est entre autres Frances Tustin sur le sujet des autistes, donc psychanalyse, alors je me sens un peu seule face au bloc médical… help!!! moi j ‘ai appris que l ‘autisme était une sorte de branche à part dans les psychoses, quand je leur dis ça, on dirait que j ‘ai parlé du diable!! Bises et bravo pour ton travail :)) ZL

  2. | : ça fait une demi-heure, en gros, que je regarde fixement la petite barre clignoter — le point d’insertion du texte, qui pulse, là-pas là, re-là et re-pas là… avec plein de vide blanc autour, dans un rectangle — l’aire réservée au… commentaire. Comment taire ?
    | : clic-clic-clic…
    Sans encore trouver comment-dire : « euh, j’aime bien ce que je viens de lire, là-haut ».
    (Eh bien voilà mon gars, c’est dit — y avait vraiment pas de quoi en faire toute une histoire de clignotants !)
    Post-| : merci.
    Post-post | : http://cahiers.kingston.ac.uk/pdf/cpa2.7.supplement.pdf
    Post-post-post | : chère Mardi Noir, envisagerais-tu, un de ces jours, de dire quelque chose sur l’autisme ? Ça serait formidable.
    À bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *