Attention Caca inside

On a tous un ami qui répartit méticuleusement les centimes de la note au bistrot tout en racontant son dernier achat à 400 balles. Je suis moi aussi cette amie à pas mal de moments. D’ailleurs j’ai un pot chez moi rempli de centimes et je prends un malin plaisir à y mettre mes micro-crottes-piécettes toute l’année jusqu’à l’instant où je me décide, une fois bien plein, de l’emporter à la banque. Même sans le terme « micro-crotte », je pense qu’on peut aisément reconnaitre le parallèle avec ce que Freud appelle « le caractère anal », ce qui n’a rien à voir avec le fait d’avoir une tête de cul.

                                                          Regardez-moi ce bel étron!

 

Dans la tête de Freud caca = argent = cadeau = enfant qui que pourquoi ? Parce qu’à un moment il va falloir s’en délester d’une manière ou d’une autre, sereinement, méthodiquement, dans la violence, les cris, les pleurs, la jubilation, bref peu importe, difficile d’y couper (c’est le cas de le dire, c’est pas facile de couper). Le caca c’est quand même le premier cadeau d’un enfant à ses parents : « oooh le beau caca, bravooo, tu es formidable » et lui de répondre : « au revoiiiiir cacaaaa ! ». Ce qui, rapidement, peut alors devenir une monnaie d’échange (constipation, devenir propre, le pot etc) et une source d’angoisse parentale.

Dans tous les cas, le caractère anal peut à la fois devenir maitrise absolue (rétention) ou au contraire gros lâchage (expulsion). Ces deux extrêmes peuvent parfaitement cohabiter, entrer en conflit… D’où l’achat compulsif par un homme d’une guitare électrique qui servira deux fois l’an (c’est du vécu, machin si tu passes par là, je t’aime toujours… non j’déconne). Mais quand il s’agit de faire les courses du quotidien ce même homme t’emmerde parce que, je cite :  « t’as acheté des yaourts « Les deux vaches » et que ça coûte plus cher que les yaourts « Yoplait » alors que tu comprends c’est quasiment pareil et on économise 78 centimes et que  78 centimes à chaque plein de course et bah ça compte ! Et d’ailleurs il est actuellement 10h45, c’est mon heure, je vais aux toilettes, peux-tu mettre de la musique pendant ce temps ? je reviens dans 21 minutes. » Oui il y a une minute pour faire brûler le papier d’arménie, hyper important le papier d’arménie pour certaines personnes. En fait les vraies princesses du caca ce sont les névrosés obsessionnels…

Tout ça pour dire que je trouve assez passionnant le rapport des gens à leur caca, entre ceux qui ont un horaire fixe et un temps assez long, qui finalement préparent la perte, l’encadrent, en font une sorte de rituel ; ceux qui y vont un peu n’importe quand quitte à y aller 4 fois dans la journée pour tout expulser et qui passent à chaque fois une minute trente dans les toilettes, en mode allez hop faisons presque comme si ça n’existait pas ; ceux qui n’y vont quasiment jamais et qui dès lors s’emmerdent l’existence au sens propre comme au figuré ( ça aussi c’est du vécu… hum… perso cette fois), qui conscientisent bien l’objet à perdre dans leur bide, voudraient le lâcher, en font une mission quotidienne qui échoue souvent lamentablement ou au contraire dénient complètement l’objet à expulser et se laissent prendre par une surprise très désagréable au bout de quelques jours (voire semaines) quand les intestins ont décidé que ça y est c’est maintenant. Ca en général ça fait mal …

Tout cela dit finalement pas mal de choses sur nos rapports à la perte, à la dépense et à la contrainte, celle imposée par le corps, imposée par l’Autre, la société et au final celle qu’on se fait subir à soi-même.

7 commentaires

  1. hihi, super bien raconté
    tu dois connaitre : Giulia Enders https://www.youtube.com/watch?v=MFsTSS7aZ5o, elle n’a pas l’approche psy mais ca prouve que ce savoir se démocratise et qu’il est important pour la vie, notre vie
    Quand on dit c’est à chier, à gerber ! (j’aurais jamais pensé écrire ça sur le net ! ton site est vraiment super) y a quelque chose aussi avec ce qui s’est passé lorsqu’on nous a demandé d’être propre, je suppose
    Bravo

  2. « Tout cela dit finalement pas mal de choses sur nos rapports à la perte, à la dépense et à la contrainte, celle imposée par le corps, imposée par l’Autre, la société et au final celle qu’on se fait subir à soi-même. » ouah! c’est bien dit, ça me parle vachement … Est ce qu’on est tous un peu maso un peu sado pour soi, pour l’autre, pour les autres, conscient, inconscient, avec des mots, sans mot, avec des maux, sans mal ?

  3. C’est donc pour ça que Freud établit un rapport entre caca et argent… Y a toujours un truc qui me chiffonne: qu’il fasse un lien, ma foi pourquoi pas, mais comment être sûr que ce lien existe vraiment ? Que la comparaison est « juste » ?
    Comment peut-on savoir qu’il y a vraiment quelque chose à comprendre autour du caca ?

    1. en fait c pas tant autour du caca en tant que tel, mais plutot il fait une analogie autour d’un caractère qu’il qualifierait d’anal, dans le sens de retenir ou d’expulser, constipation versus expulsion « à tour de bras » ou radinerie versus achat compulsif. Ce qui ne signifie pas radin = constipé ce serait trop simple, ça peut etre l inverse, ça peut n’avoir aucun lien etc.

      Ensuite Lacan va un peu plus loin et dit qqch selon moi d’important quand il annonce que le caca est un des premier « cadeau » qu’on fait enfant à ses parent et que d’une certaine façon cela devient une monnaie d’échange.. Mais bien sur on peut aussi le transposer à « manger » ou « ne pas manger » etc. Meme si globalement manger est plutot « une demande A l’autre » (= donne moi énoncé de la part de l’enfant) et que faire caca (dans le pot notamment donc etre propre) est « une demande DE l’autre » (= donne ton caca à maman ou papa), engloutir qqch versus perdre qqch.

    2. probablement parce que le caca c’est aussi une sensation et sans doute une émotion, le caca ce n’est jamais du caca,parce que comme humains nous déplaçons
      et comme tu dis « autour du caca » il y a de la peau, des enveloppes, des muscles, etc Nous en fait!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *